mardi 30 juin 2009

Dossier Acierix

"AU TRAVAIL, MAINTENANT, C'EST CHACUN POUR SOI"


"Dans le temps, on se serrait les coudes", expliquait un syndicalistes lors d'une enquête dans l'industrie automobile. "Maintenant, on se les touche à peine au passage quand on se croise" ! L'image est saisissante et reflète bien les évolutions. Il faut comprendre cette expression "se serrer les coudes" comme une référence à une forte solidarité, qui n'existe plus. Aujourd'hui, avec l'intensification et l'individualisation du travail, on ne prend même plus le temps de se serrer la main. Maintenant, c'est chacun pour soi.
Nombre de nos enquêtes montrent que les salariés n'ont pas toujours le temps de communiquer entre eux, au détriment parfois du travail qui exigerait plus d'échanges. Il y a également ce fait que les salariés sont souvent confrontés à des situations complexes, qui se manifestent par de fortes tensions, voire contradictions. Ils sont préoccupés par le risque de ne pas atteindre leurs objectifs, et peu réceptifs aux problèmes de leurs collègues, qu'ils voient surtout comme des concurrents potentiels. Parfois même, les collègues sont perçus comme des obstacles à la réalisation du travail parce qu'ils sont trop lents, inefficaces, parce qu'ils ont des problèmes passager, et qu'ils ne contribuent pas de façon positive à l'objectif d'ensemble. La pratique, de plus en plus diffusée dans les entreprises, de la logique de prestation de services en interne contribue à renforcer un tel climat. Elle consiste à transformer chaque service, voire chaque poste de travail en client ou fournisseur de ses partenaires au sein de son établissement. Dans certaines entreprises, on demande au salarié de consigner sur un petit carnet ses doléances ou réclamations à l'égard de ses collègues "fournisseurs" lorsque le travail en amont n'a pas été convenablement réalisé. On conçoit que cela puisse contrarier des logiques sociales de solidarité et de sociabilité. De telles situations sont désormais classiques dans les grandes entreprises, mais on les observe également dans les PME sous-traitantes ou fournisseuses qui, soumises à des certifications qualité, sont tenues de mettre en œuvre des organisations du travail et des modes de mobilisation des salariés calqués sur ceux de leurs donneurs d'ordre.



On ne peut pas non plus oublier l'importance de la multiplicité des statuts d'emploi qui instaurent des fêlures importantes au sein de la communauté de travail. Dans les entreprises publiques et la fonction publique, les contractuels, de plus en plus nombreux, côtoient désormais les fonctionnaires ou les agents statutaires. Dans les entreprises privées, les intérimaires, les CDD (respectivement 2,1 % et 8,5 % en 2007), ainsi que les personnes à temps partiel subi (17,2 % ; source Enquêtes "Emplois" de l'INSEE) voisinent avec les titulaires, ceux qui ont la chance de bénéficier du fameux CDI. Bien souvent, notamment dans le privé, les salariés stables ont le sentiment que certains de leurs "avantages" (en termes de salaires, participation, intéressement, possibilité de partir en vacances aux dates les plus intéressantes, postes moins pénibles) reposent sur ce recours à une main-d'œuvre précaire (dont ils reconnaissent les difficultés), mais qu'ils estiment d'une certaine façon nécessaire pour que l'entreprise continue d'être rentable. Cette réalité peut souvent conduire à un repli sur soi, pour éviter un sentiment trop fort de culpabilité. Mais il arrive que les précaires eux-mêmes soient enclins, pour tenter d'arracher une embauche définitive, à jouer "en solo" la concurrence ouverte avec les "stables" et à faire la démonstration de leurs compétences, de leur investissement dans le travail, de leur disponibilité et dévouement à l'entreprise.                 



"Regardez, quand ça sonne, on se croirait aux 24 heures du Mans " raconte un salarié au moment de la fin de la journée de travail : tout le monde sort en effet en courant pour se précipiter dans sa voiture et rentrer à la maison au plus vite. "Mais ça n'a pas toujours été comme ça" ! Dans le temps, en effet, et notamment au cours des trente Glorieuses, dans les années cinquante, soixante et soixante-dix, c'était une autre ambiance et nombre d'anciens font part d'une profonde nostalgie de cette période. Une nostalgie à vrai dire étonnante, car les temps étaient durs : un taylorisme effréné, une hiérarchie nombreuse et pesante, des heures à n'en plus finir, un horizon souvent bouché. Mais, à la sortie de l'usine, les travailleurs prenaient du plaisir à se retrouver pour discuter ou prendre un verre au café. Tout comme ils trouvaient, au sein des collectifs de travail, une solidarité, une entraide, une complicité qui contrebalançaient la dureté de leur sort. Ils avaient le sentiment de partager les mêmes valeurs ; ils s'unissaient autour d'un sentiment d'injustice sociale et l'espoir d'un autre monde. Les mobilisations, les grèves nombreuses témoignaient de cette posture commune, de même qu'une sociabilité quotidienne : on fêtait ensemble des événements de la vie de chacun, on se soutenait en cas de coups durs personnels.



L'esprit du chacun pour soi (à l'opposé de la classe pour soi), qui domine le monde du travail actuel, reflète une société elle-même devenue plus individualisée et où le désir de réalisation de soi dans un esprit de concurrence est prégnant. Il suffit, pour s'en rendre compte, de penser aux émissions de télévision de reality show : elles reprennent de façon saisissante les codes managériaux de la mobilisation des salariés. Chacun doit s'impliquer et faire, en permanence sous l'œil de la caméra, la démonstration qu'il est le meilleur, sous peine d'être éliminé. La transparence doit être totale (la traçabilité informatique le permet). C'est chacun pour soi mais sans aucun quant-à-soi.
La question est de savoir dans quelle mesure les jeux personnels et l'esprit effréné de compétition ne nuisent pas à la qualité de la coopération. Dans le cadre d'une enquête dans une entreprise d'agroalimentaire, réalisée en 2006, certains opérateurs confiaient leurs inquiétudes : des jeunes intérimaires n'hésitaient pas à mettre en panne des automatismes afin de pouvoir, sous les yeux de la hiérarchie, les remettre en marche et démontrer ainsi l'étendue de leurs compétences, dans l'espoir d'une embauche définitive, alors que selon les "salariés stables", ces pannes pouvaient occasionner des accidents et dans tous les cas, pénalisaient l'entreprise.

Dossier Acierix

LA LUTTE DES CLASSES, C'EST TERMINÉ 



Dans la théorie marxiste, la lutte des classes, qui est le moteur de l'histoire, oppose la classe ouvrière aux capitalistes. Il s'agit donc d'un conflit entre les détenteurs de moyens de production et ceux qui ne sont propriétaires que de leur seule force de travail. La lutte des classes ne peut prendre fin qu'avec la disparition d'une de ces deux classes. Dans l'esprit commun, la lutte des classes a disparu au sein de notre société en même temps que la classe ouvrière.
L'ouvrage (Retour sur la condition ouvrière, 1999), relate un fait éclairant : interrogeant leurs étudiants de l'Ecole des hautes études en sciences sociales sur le nombre d'ouvriers en France aujourd'hui, ils découvrent avec stupéfaction que pour certains étudiants, les ouvriers se comptent en à peine quelques centaines de milliers, pour d'autres, un peu plus proches de la réalité, ils représentent au maximum un ou deux millions. Les ouvriers au XXe siècle sont bien plus nombreux : ils sont encore près de cinq millions. Mais, pour ces étudiants comme pour l'opinion publique, les ouvriers ont disparu et, avec eux, la classe ouvrière. Certes, notre monde du travail s'est modifié avec la montée en puissance du secteur tertiaire au détriment du secteur industriel, mais celui-ci est loin d'avoir disparu et les ouvriers se sont répartis entre les industries et les activités tertiaires. 



La disparition de la classe ouvrière, c'est avant tout la disparition des mots pour la désigner. Une véritable révolution langagière accompagne la modernisation managériale et a changé les représentations du monde du travail. Les ouvriers ont cédé la place aux "opérateurs", "pilotes" ou "conducteurs" d'installations. Les "compétences" se sont substituées aux qualifications, les "missions" aux tâches, les "animateurs" aux chefs, les "techniciens de surfaces" aux balayeurs, et les caissières sont devenues des "hôtesses" de caisse. Dans certaines entreprises, les ouvriers et employés sont désignés sous le terme de "collaborateurs". D'ailleurs, il n'y a plus de "patrons" mais des "managers", et les représentants syndicaux sont devenus des "partenaires sociaux". Il n'existe plus de collectifs de travailleurs mais des "îlots", des "zones", des "unités élémentaires de travail", des "cellules". Bref, les mots pour désigner la classe ouvrière ont progressivement disparu, escamotant comme par un effet de prestidigitation l'image d'un monde ouvrier associé à la lutte des classes.
Il faut aussi faire une part non négligeable à la nouvelle idéologie du travail que les directions d'entreprises sont parvenues à imposer : l'idée d'un antagonisme irréductible d'intérêts correspondrait à une période révolue et archaïque. L'entreprise "modernisée" se veut un lieu pacifié, où tout le monde doit s'unir et conjuguer ses efforts en ces temps de guerre économique. Progressivement, se distille l'idée d'un intérêt commun entre les salariés et leurs employeurs. Il s'agit de défendre les emplois grâce à la performance de l'entreprise. Autour de l'impératif de la réussite, le management moderne s'efforce de créer une idéologie consensuelle (et il y est parvenu, d'une certaine façon). C'est sur ce terreau d'une entreprise apaisée que le management moderne développe ses logiques participatives : cercles de qualité, campagnes de mobilisation des salariés autour de la culture de l'entreprise, de son identité, autour des certifications qualité.



A cela vient s'ajouter l'effondrement des idéologies alternatives communistes avec la chute du mur de Berlin en 1989 et la fin du bloc de l'Est notamment. Cet effondrement a entraîné en France l'affaissement du Parti communiste français (en 1945, le PCF récoltait plus de 25 % des votes aux élections législatives, en 2007, il en obtient moins de 5 %) et un affaiblissement de la CGT (plus de deux millions d'adhérents en 1967 selon l'Institut supérieur du travail, moins de 600 000 en 2008), comme des autres syndicats. On observe une sorte de disqualification de toute la période caractérisée par l'idéologie de la lutte des classes. C'est donc un faisceau de facteurs qui rendent compte de l'évincement de l'idéologie de la lutte des classes et contribué à nier l'existence de classes au sens marxiste du terme et ce, sous les deux angles que constituent, pour Marx, "la classe en soi" et la "classe pour soi". La "classe en soi" repose sur une catégorie d'individus : la classe ouvrière subit une même exploitation, et si elle s'unit, elle peut parvenir à éradiquer la cause de cette exploitation et supprimer l'exploitation de l'homme par l'homme. La "classe pour soi" est la prise de conscience, par ces mêmes individus, de leurs intérêts communs liés à un sort identique.



Dans les sociétés occidentales modernes, la "classe ouvrière" en tant que concept marxiste englobe d'autres catégories professionnelles que les seuls ouvriers. On pense évidemment aux employés, mais aussi aux techniciens, et même aux ingénieurs et cadres intermédiaires. Comme l'analyse Paul Bouffartigue (Les Cadres, fin d'une figure sociale, 2001), on assiste à la fin du "salariat de confiance" que représentaient les cadres : ils sont de moins en moins associés à la prise de décision et il y a, de ce point de vue, une homogénéisation du salariat, sur le mode de la prolétarisation, pour rester dans la terminologie marxiste. Force est alors de constater que pour ces catégories, comme de plus en plus pour les ouvriers eux-mêmes, la conscience de constituer une classe en soi n'est pas présente.
En raison de l'individualisation qui domine le monde du travail, certains sociologues parlent désormais de "lutte des places".

lundi 29 juin 2009

Dossier Acierix

REDONNER LE GOÛT DU TRAVAIL ?

En 1984, c'est-à-dire bien avant la réduction à 35 heures de la durée légale du travail, un numéro spécial du journal Libération, intitulé "Vive la crise", auquel participait Yves Montrand, introduisait l'idée que la crise avait du bon en ce sens qu'elle pouvait jouer comme un électrochoc et faire sortir les Français du laisser-aller qui les caractérisait : trop de privilèges, trop de facilités, trop de contestations, de grèves et d'acquis auraient développé une culture du moindre effort, et fait perdre de vue l'importance du travail pour l'avenir du pays, disait-on. Depuis, de façon plus ou moins aiguë selon les périodes, la suspicion, s'est insinuée dans les esprits. Elle se manifeste de façon parfois spectaculaire : lors d'un discours prononcé au Québec, le Premier ministre J.-P. Raffarin affirmait " "Il faut remettre les Français au travail" et déclarait, au cours de l'été 2003 : "La France ne doit pas être un parc de loisirs". Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy exaltait "La France qui se lève tôt" et lançait son slogan : "Travailler plus pour gagner plus". L'idée reçue selon laquelle la valeur travail serait en perte de vitesse est partagée par de nombreux Français.


 
Une comparaison effectuée en 2008 entre tous les pays européens en ce qui concerne le rapport au travail, fait apparaître un paradoxe : pour les Français, le travail est à la fois plus central que pour les autres nationalités, et en même temps source de plus fortes frustrations. Les Français ont un rapport qu'on pourrait qualifier de plus crucial à l'égard du travail, ce qui autorise les auteurs à faire l'hypothèse d'une exception française. Ils attendent plus, en matière de réalisation de soi, de qualité du travail. Ils sont aussi plus nombreux à être déçus et à désirer que le travail occupe une moindre place dans leur vie. "Le travail est considéré comme important ou très important par une majorité d'Européens. Les Français (70 %) font systématiquement partie de ceux qui déclarent le plus que le travail est important". Sans doute parce que ces derniers n'ont pas qu'un rapport instrumental au travail ; la conviction avec laquelle ils estiment que celui-ci est une source d'épanouissement est une spécificité "qui ne peut s'expliquer ni par les caractéristiques de la population en emploi, ni par les effets de contexte, ni par un biais linguistique", même si un fort taux de chômage, la prégnance de l'emploi précaire et une moindre sécurité de l'emploi qu'en moyenne en Europe peuvent jouer.



Par contre, si les Français sont les plus nombreux à souhaiter que "le travail occupe moins de place" c'est, disent les auteurs du rapport, que les conditions du travail et de l'emploi, ainsi que l'articulation vie professionnelle et vie privée sont particulièrement difficiles en France. Les Français se plaignent plus que les autres de l'organisation du travail, de la mauvaise qualité des relations sociales. Ils déplorent l'insécurité de l'emploi et de trop faibles chances de promotion. Les travailleurs français sont plus nombreux à "s'inquiéter "souvent" ou "toujours" de problèmes professionnels en dehors du travail". On est assez loin, en réalité, de l'image propulsée par les médias et les discours politiques, de Français désinvestis du travail et plus intéressés aux loisirs et à la consommation.
Selon le sociologue Durkhein, "travailler, c'est contribuer à faire exister la société, et ce sentiment présent dans la conscience collective nourrit tout rapport au travail". Il semblerait bien qu'en France, cette dimension du travail soit, de nos jours, plus importante que dans nombre d'autres pays, pour des raisons historiques, culturelles et politiques. On fait remonter loin dans l'histoire de la France cette importance.
Au cours du XXe siècle, le travail représentait en France un enjeu éminemment politique, au cœur de ce qu'il était alors de mise d'appeler "la lutte des classes" : les entreprises étaient des lieux de mobilisations d'ampleur autour de ce qui était perçu comme des injustices sociales. On peut faire l'hypothèse qu'en France, le rapport entre travail et société, travail et morale politique s'affirmait alors de façon plus cruciale qu'ailleurs. Pour tous les membres de la société, avoir un emploi rémunéré, être présent dans le monde du travail, c'est participer à ses enjeux. C'est peut-être pour ces raisons que la France a un taux d'activité féminine parmi les plus élevés du monde. S'inscrire dans la sphère du travail marchand, c'est une manière de prendre pied de façon citoyenne dans la société, de revendiquer légitimement des droits. Travailler, c'est se situer dans la dimension politique (au sens noble du terme) de la société, ce qui expliquerait que l'on accorde une grande importance à la qualité des relations sociales au sein des entreprises.



En France, nombre de psychologues insistent sur cette dimension du travail qui permet "de sortir de soi", grâce à la rencontre avec autrui et au travail pour autrui.
La modernisation récente du travail et des entreprises (à partir de la fin des années soixante-dix, a donné une tournure plus individualisante, mais aussi plus psychologisante au rapport au travail. Celui-ci se charge d'un contenu qui n'est plus tant politique que personnel. La rhétorique managériale, mais aussi les pratiques modernes de gestion des salariés et d'organisation de leur travail introduisent leur mise en concurrence, sur la base d'une émulation et d'une mise au défi de chacun lui enjoignant l'excellence, et stimulant son narcissisme. Dans le contexte de chômage et de précarité qui caractérise le marché du travail français, cette dimension donne une tournure encore plus vitale au travail puisque la valeur même de la personne est en jeu. L'implication, l'engagement au travail en sont encore plus forts, et l'on assiste à ce paradoxe : alors que le travail occupe quantitativement une part de plus en plus restreinte de la vie des gens -en raison de l'allongement de la durée des études, de l'avancement de l'âge de la retraite, et des 35 heures- il prend une dimension de plus en plus cruciale et obsessionnelle.


Mais les attentes à l'égard du travail ont aussi considérablement évolué. Les Français ont pris très au sérieux les discours managériaux sur l'autonomie et la responsabilisation, sur la fin du taylorisme et l'avènement d'un monde du travail plus soucieux de la valorisation des compétences et de la personnalité des salariés. Or, l'organisation du travail moderne ne répond qu'imparfaitement à ces attentes. On assiste plutôt à des formes hybrides où voisinent pêle-mêle des prescriptions d'inspiration taylorienne, une intensification du travail et des objectifs et évaluations très personnalisés. Les salariés se sentent désarmés. Ils ne trouvent pas toujours, dans les organisations du travail, les ressources nécessaires pour bien faire leur métier. Or, "bien faire son travail" est une véritable aspiration.
Au vu de ces éléments d'analyse, on peut comprendre alors que chacun, obnubilé par ses efforts, en vient à sous-estimer le travail fourni par autrui. Cette tendance forte à disqualifier les autres dans leur rapport au travail, à les considérer comme peu enclins à travailler, bénéficie de l'individualisation systématique qui a façonné le monde du travail. Chacun est concentré sur ses problèmes de travail, ses difficultés, les défis que représentent souvent les objectifs, chacun est pris dans une logique de concurrence et donc de méfiance à l'égard de ses collègues. Dans ce contexte de concurrence, de suspicion qui remplace la solidarité, l'entraide et le partage d'un sort commun (qui prévalaient au sein des anciens collectifs de salariés), les Français doutent de l'implication et de l'engagement réel des autres. Les collègues de travail sont fréquemment entrevus comme des obstacles, des problèmes, et moins souvent comme des complices, des pairs et des collaborateurs. Chacun a le sentiment d'être personnellement confronté à une situation de travail particulièrement exigeante, stressante, d'être la cible d'injustices sociales ou même d'exploitation. L'idée que d'autres partagent le même sort ne s'impose pas, au contraire. Chacun en vient à penser que les autres ont la vie plus facile, que personne ne pourrait supporter les difficultés et les tensions au travail qu'il endure lui-même.
Le discours ambiant sur le désengagement des Français au travail peut ainsi se lire comme une incompréhension de la réalité du travail par les décideurs politiques et les médias mais également, ce qui est plus surprenant à première vue mais à première vue seulement, par les salariés eux-mêmes lorsqu'il s'agit de leurs collègues.

jeudi 25 juin 2009

Dossier Acierix


L'été est un moment propice à la lecture et à la réflexion. "Acierix" a lu pour vous, dans la collection "Idées reçues", les idées reçues autour du travail.

C'est un ouvrage réalisé par deux sociologues : Danièle Linhart et Nelly Mauchamp.

Notre blog de l'été sera consacré à quelques idées reçues autour du travail.








EN TRENTE ANS, LE TRAVAIL A RADICALEMENT CHANGE


Notre économie n'est plus à prédominance industrielle mais tertiaire. Dans les usines, le travail n'est plus le même. L'automatisation, l'informatisation ainsi qu'une nouvelle forme de management y ont imprimé leurs marques. Le travail devient plus abstrait et plus interactif à la fois. Il s'agit d'échanger des informations, d'entrer des données dans l'ordinateur, de procéder à des diagnostics, d'être réactifs, de contrôler la qualité, etc. Le travail d'usine se rapproche ainsi de l'activité tertiaire.
A elle seule, la prescription ne suffit plus pour assurer l'efficacité et la performance du travail. Le management moderne a besoin que les travailleurs s'impliquent subjectivement et s'engagent "à fond".


Cette nécessité a été de tout temps une source d'inquiétudes pour le patronat, qui a toujours voulu éviter de dépendre de la bonne volonté de ses travailleurs. Le succès de l'Organisation scientifique du travail mise au point par Taylor réside précisément en l'inscription de la contrainte et du contrôle du travail dans la définition même des tâches, sous formes de prescription. Taylor affirmait qu'une simple conformité des travailleurs à celle-ci assurait la productivité et l'efficacité de ce type d'organisation conçue sur la base d'une parcellisation des tâches. L'évolution de la nature du travail, devenu plus interactif, remet en question l'efficacité de cette approche taylorienne qui consiste à tout programmer à l'avance. Et voilà que les managers se retrouvent tributaires de la bonne volonté de leurs salariés. Il ne suffit pas que ces derniers se conforment aux prescriptions, il devient indispensable qu'ils mobilisent leurs ressources personnelles, cognitives et affectives, pour adapter leur comportement aux exigences de situations du travail fluctuantes.


L'état du marché du travail comme le contexte de la "guerre" économique jouent en faveur du management et de ses exigences, et notamment celle d'un engagement et d'une loyauté totale à son égard.
Mais le management moderne ne se contente pas d'un chantage implicite au travail, il ne se fonde pas sur la seule peur des salariés. Face à la nécessité de leur implication subjective, il veut trouver les bases d'un consensus, car il entend bénéficier d'un engagement loyal et de qualité. Il a réellement besoin de salariés dévoués car il leur sous-traite, même aux plus subalternes, non seulement des objectifs ambitieux en termes de résultats (que représente un travail tendu et sous tension) mais également un plan d'organisation de leurs propres tâches.
Les organisations du travail moderne sont défaillantes et peu cohérentes dans le sens où elles n'offrent pas aux salariés tous les moyens, toutes les ressources qui assurent la faisabilité du travail. C'est aux salariés eux-mêmes qu'il revient de trouver les solutions aux multiples contradictions, dysfonctions, tensions qui caractérisent le travail moderne. C'est à eux qu'il revient en permanence d'ajuster leurs pratiques et de faire l'usage d'eux-mêmes le plus efficace pour atteindre des objectifs fixés de façon souvent arbitraire.



La solution choisie par le management moderne consiste en une hybridation : coexistent ainsi des objectifs productivistes, des prescriptions et des types de contrôle inspirés du taylorisme, avec des formes de mobilisation des salariés qui reposent sur une certaine autonomie, et une sous-traitance des problèmes. On parle ainsi de management des émotions, de gestion des affects, pour désigner ce qui n'est en réalité qu'une mobilisation de la subjectivité des salariés afin de rendre efficace une organisation qui reste bien trop rigide en raison de son inspiration taylorienne. C'est dans le cadre de ce nouveau management que les salariés sont conduits à "se défoncer", car ils sont pris dans une double contrainte : celle d'objectifs et de rythmes imposés d'une part, celle d'une mobilisation subjective pour se rendre le plus rentable possible du point de vue de l'entreprise d'autre part.
On assiste ainsi à l'émergence d'un Nouvel esprit du capitalisme, notamment caractérisé par une nouvelle morale du travail imposée par les entreprises modernes à la recherche d'une adhésion des salariés à sa cause.




Le management moderne a institué une éthique de l'entreprise et du travail qui définit les salariés vertueux. Cette morale est explicitée et déclinée à travers les nombreuses chartes éthiques, règles de vie et codes déontologiques produits par les entreprises dans les années quatre-vingt-dix. Les vertus mises en avant sont : l'engagement, le dévouement, la loyauté, la disponibilité, la flexibilité, la recherche de l'excellence en permanence. Elles définissent une attitude au travail qui puise non seulement dans la philosophie mais aussi dans les valeurs sportives. Dans les années quatre-vingt, de grandes entreprises ont institué des sortes d'épreuves initiatiques où la direction invitait les salariés à se dépasser dans des exploits, à dominer leur peur, leur souffrance : saut à l'élastique ou en parachute, marathon, stage de survie.
Cette éthique du travail qui s'emploie à transformer les salariés en militants inconditionnels de leur entreprise s'appuie sur un processus désormais abouti d'individualisation systématique de la gestion des salariés. En trente ans, les entreprises françaises sont véritablement passées d'une gestion collective à une gestion individuelle, voire personnelle des salariés.




L'individualisation a fait son chemin, avec l'instauration des horaires variables, de critères plus individuels pour la définition des classifications, d'augmentations individualisées des primes et des salaires, etc., et aboutit à la généralisation des entretiens annuels au cours desquels les salariés "négocient" leurs objectifs et évaluent leurs performances avec leur supérieur immédiat. Ces pratiques ont fortement contribué à déstabiliser et affaiblir les collectifs de travail porteurs de valeurs contestatrices et syndicales.







Le travail "modernisé" exige des salariés qu'ils se défoncent car ils n'ont pas d'autres moyens pour atteindre des objectifs peu réalistes avec des moyens souvent peu adaptés, dans des délais extrêmement serrés. Les suicides au travail constituent un phénomène particulièrement dramatique qui illustre les dégâts auxquels peuvent mener de telles exigences. Ce sont les personnes les plus engagées dans leur travail, les plus impliquées qui procèdent à de tels actes désespérés. Les directions d'entreprise prennent elles aussi conscience de l'importance de ce phénomène en instaurant des cellules d'écoute et des observatoires du stress.
Mais il faut éviter le piège de la personnalisation ou psychologisation de ce stress et rappeler que ce sont les organisations qui sont stressantes, harcelantes et non pas des personnes qui sont fragiles et qu'il faut muter ou écarter de l'entreprise. Car les directions ont tendance à considérer qu'elles n'ont pas le choix, que dans le monde actuel de la guerre économique, il leur faut des salariés résistants, adaptés, et qu'elles ne peuvent se permettre de garder des individus "à problèmes". Pour garder sa place dans l'entreprise, il faut être solide et au meilleur de sa forme en permanence.



La question alors est de savoir si cette exigence qui pèse sur les salariés de se donner à fond (et qui se traduit par le fait que la France est un des pays où l'on consomme le plus de tranquillisants), est une nécessité pour la sauvegarde des emplois, ou une stratégie destinée uniquement à augmenter la rentabilité en dehors de toute considération sociale. La question est, en d'autres termes, de savoir s'il s'agit d'une morale strictement utilitariste au service des seuls intérêts notamment financiers de l'entreprise ou d'une nouvelle morale sociale prenant en compte les intérêts des salariés et de la société.
En conclusion, si l'on doit reconnaître que le travail a considérablement changé, il est plus difficile de distinguer les bases d'un nouveau compromis entre salariés et employeurs. Durant les trente Glorieuses, les salariés "échangeaient" la dégradation de leurs conditions de travail liée à une productivité sans cesse croissante contre une augmentation de leur pouvoir d'achat. Il n'est pas évident que l'autonomie et la responsabilisation octroyées dans le cadre du travail moderne représentent des compensations satisfaisantes. Elles constituent souvent plutôt de véritables pièges pour les salariés.

jeudi 18 juin 2009

LCB : non à la nouvelle organisation du travail !

Des sous en moins

Sous prétexte de limiter les risques de détérioration du four avec des arrêts et des démarrages fréquents et répétitifs liés à la conjoncture, la Direction de Gandrange a ouvert des discussions le 5 juin avec les syndicats pour modifier l'organisation du travail au LCB.
Pourtant, un accord à durée illimitée existe déjà. Il évoque le problème de la modulation du travail liée à la baisse d'activité. La seule volonté de la Direction c'est de réaliser des gains de gestion et de faire des économies.
Aujourd'hui, les salariés de Gandrange sont sans cesse confrontés à l'acharnement d'une Direction qui ne pense qu'à faire des économies sur leur dos pour satisfaire la volonté des longs carbones Europe.
Alors que les actionnaires viennent de s'attribuer 310 millions d'euros, le personnel du LCB devrait se laisser amputer son fixe mensuel de 8,5 %. C'EST INADMISSIBLE ! C'est une véritable gifle aux salariés du LCB qui ne s'en sortent pas et qui essaient de vivre avec un salaire déjà amputé depuis le mois de février par le chômage partiel. La crise, en tant que situation d'exception est, pour ArcelorMittal Gandrange, l'occasion de changer le cycle de travail du LCB. Elle est incapable de dire pour combien de temps.


Des sacrifices en plus

La CGT s'est adressée à l'inspecteur du travail. Celui-ci pense qu'une autre organisation du travail devrait permettre la baisse du nombre de jours de chômage. Or, avec le cycle que la Direction veut imposer au LCB, ce ne sera pas le cas.
Pour la Direction, il n'est pas question de baisser le nombre de jours chômés. Elle a pourtant le culot de parler d'efforts partagés à faire entre salariés et Direction.
Pour la CGT, si un état des lieux était à faire, le diagnostic ne serait pas partagé. Pour 2009 : arrêt de l'aciérie, arrêt du TAB et pour les salaires, zéro d'augmentation générale et zéro d'augmentation individuelle. A cela s'ajoute le chômage partiel avec une perte de 100 € par mois. Ça suffit, les salariés ont assez donné !
La CGT a proposé un cycle de travail transitoire à 3 équipes à 32 heures sans perte de salaire : 4 matin, 4 après-midi et 4 de nuit. Pour la maintenance, pour tenir compte du poste d'entretien du lundi matin, le cycle serait de 5 matin, 4 après-midi et 4 de nuit. Sans travail les samedi, dimanche et jours fériés. Elle a demandé à la Direction de prendre à sa charge les journées libres liées à sa proposition. La Direction a refusé et a proposé un cycle à 3 équipes à raison de 14 postes par semaine dont 13 postes de laminage avec un cycle de 5 jours du matin, 5 jours de l'après-midi et 4 de nuit entraînant une amputation du fixe mensuel de 8,5 %.
Pour la CGT, c'est INADMISSIBLE !
Malgré le chantage de la Direction sur la situation future du LCB, la CGT ne cautionnera pas ces propositions. Elle appelle les salariés du LCB à ne pas se laisser faire et à soutenir la CGT dans sa démarche.

La Safe menacée à son tour

Les menaces de fermeture d'installations sidérurgiques planent sur les vallées de l'Orne et de la Fensch. Après l'aciérie de Gandrange, le train à billettes va suivre à l'automne. Au même moment, c'est l'usine de la Safe à Hagondange qui vient d'apprendre que son sort ne tenait plus qu'à un fil. La Holding allemande et les banques ne veulent plus verser un seul euro pour aider la Safe à se redresser. 320 travailleurs sont menacés à leur tour de licenciement. 
Dans la vallée de la Fensch, les usines à chaud de Florange ont toujours l'épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Nous sommes toujours dans le plus grand flou. Rien ne vient rassurer sur ce qu'il adviendra cet automne des hauts fourneaux et de l'aciérie.

Gandrange : Nouveaux nuages à l'horizon

Les dernières rencontres avec la Direction au niveau local et au niveau européen laissent à penser qu'une nouvelle dégradation se fait jour.
La fermeture du TAB interviendra plus tôt que programmée et les trente aciéristes non reclassés ne le seront pas comme prévu pour cet été.
La Direction prétexte les incertitudes qui planent sur le site de Florange et le départ du DRH qui perturbent la situation.
Quant au LCB, l'ambiance est plombée par la nouvelle organisation que la Direction veut mettre en place . Face à cela, la CGT vient de lancer une pétition pour le maintien intégral du fixe mensuel et le cycle de travail 4x4x4.                                                                                                                                                         

Contre le travail du dimanche : 50 000

A l'occasion d'une entrevue entre une délégation de la CGT et le ministre du Travail, Brice Hortefeux, Bernard Thibault a remis les 50 000 premières pétitions contre la généralisation du travail dominical.

Vous aussi, signez cette pétition en ligne sur notre site http://www.cgt.fr/spip.php?article36088

A l'issue de l'entretien qui comportait plusieurs dossiers, il a indiqué avoir obtenu du gouvernement l'ouverture d'une "concertation" avant l'examen parlementaire d'un projet de loi permettant l'extension du travail dominical contre lequel il a réaffirmé l'unanimité syndicale.

Pour la CGT, "ni l'argument des créations d'emplois, qui a été contesté par des rapports, ni l'argument du volontariat, qui ne sera pas praticable, ni l'argument de la consommation des ménages qui est surtout aujourd'hui plombée par des capacités de pouvoir d'achat ne sont recevables pour justifier une extension du travail du dimanche dans un secteur déjà fortement précarisé, avec des bas salaires".
La bataille contre le travail dominical continue.

Retraite : c'est reparti !

Le ministre du Travail, Brice Hortefeux a annoncé que le gouvernement entendait faire de l'année 2010 un rendez-vous majeur de réforme de nos régimes de retraite. En ce sens, il donne satisfaction au Medef qu'en avait, il y a quelques semaines, posé l'exigence "d'un dernier rendez-vous" en la matière.
Oubliant au passage que les réformes passées ont conduit à une diminution sans précédent des prestations servies aux retraites sans pour autant assurer l'équilibre des régimes, il s'est bien gardé d'évoquer ce qui apparaît pourtant comme la seule solution efficace en matière de financement, l'augmentation des ressources qui doivent lui être consacrées.
Le ministre reprend à son compte le dogme patronal sur l'impossibilité d'accorder le moindre financement supplémentaire aux retraites comme à l'ensemble de la protection sociale. La retraite deviendrait alors après l'emploi et les salaires la variable d'ajustement que le pouvoir utiliserait pour tous les problèmes de l'équilibre des finances publiques.
Si le problème du financement est réel, des solutions existent. C'est d'abord la question d'une politique de l'emploi efficace. Chaque point de masse salariale supplémentaire apporte 1,5 milliard d'euros aux régimes de retraite. C'est ensuite la nécessité d'une augmentation des ressources qui suppose notamment que la totalité des rémunérations donnent lieu à cotisation, ainsi que les revenus financiers des entreprises.
En répondant avec pertinence à la question du financement, il devient possible d'envisager l'avenir des retraites de manière positive en garantissant aux futurs retraités, y compris les plus jeunes, un revenu de retraite dès 60 ans qui soit en continuité avec le revenu d'activité.
De son côté, François Fillon dit qu'il n'y aura pas de tabou pour l'âge de la retraite.
Il ne peut être question pour la CGT de souscrire à une approche qui ne consiste qu'à gérer durablement une baisse programmée par le patronat des pensions de retraite.

SMIC : la CGT réclame 1 600 €

L'INSEE vient d'annoncer une baisse des prix de 0,3 % sur un an. Cette situation inédite depuis 1957 résulte essentiellement de la baisse importante des produits pétrolier (- 17 %). Fort de cet élément et des conclusions du rapport du groupe d'experts qu'il vient de nommer dans cet objectif, le gouvernement a déjà annoncé qu'il ne déciderait pas d'un coup de pouce lors de la revalorisation du SMIC qui interviendra le 1er juillet.
La CGT s'insurge contre cette nouvelle manifestation de l'injustice sociale flagrante qui tient lieu de politique sociale à ce gouvernement. Tandis que les rémunérations des dirigeants d'entreprise atteignent des sommes injustifiables, que les employeurs continuent à bénéficier de 30 milliards d'euros annuels d'allégements de cotisations sociales sans contreparties, mesure qui à la fois grève les finances publiques et maintient 50 % des salaires du privé à moins de 1 500 € par mois, le gouvernement fait reposer sur des millions de salariés faiblement rémunérés, souvent en emploi précaire et partiel, l'essentiel du poids de la crise.
Non seulement l'augmentation significative du SMIC n'est pas contraire à l'emploi mais elle est de nature à favoriser la sortie rapide de la récession. C'est pourquoi la CGT agit pour la revalorisation du SMIC à 1 600 € et la répercussion de cette augmentation sur les grilles et les salaires.

mardi 9 juin 2009

On remet ça le 13 juin !


La troisième manif anti-crise, c'est pour le 13 juin.
Dans toute la France et à l'appel de tous les syndicats, de tous les secteurs d'activités.
Le rendez-vous à Metz est prévu à 10 heures le samedi 13 juin à la place Mazelle à l'appel des organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA.

Pour exiger quoi ?

Pour donner la priorité au maintien des emplois dans un contexte de crise économique

Des entreprises utilisent la crise pour opérer des restructurations tout en maintenant la rémunération de leurs actionnaires. C'est intolérable et inadmissible.
Dans toutes les entreprises, quelle que soit leur situation, c'est notamment en investissant dans l'outil de production, dans la formation et le travail qualifiant et en réduisant la précarité que la performance sera assurée.
Dans la fonction et les entreprises publiques, il est indispensable de répondre aux besoins de notre société et de la population et de leur attribuer les moyens nécessaires. Dès 2009, le gouvernement doit renoncer aux 30 000 suppressions de postes. Il faut abandonner une politique aveugle de suppression d'emplois et penser autrement l'évolution des services publics dont la qualité et l'emploi constituent une question centrale.
La situation des salariés précaires du public appelle des mesures de justice sociale.

Des politiques salariales qui visent à améliorer le pouvoir d'achat, réduire les inégalités

Dans les branches, les entreprises, les fonctions publiques, les négociations salariales doivent assurer au moins un maintien du pouvoir d'achat et une réduction des inégalités. Les allégements de cotisations sociales doivent être conditionnés à la conclusion d'accords salariaux.

Orienter la relance économique vers l'emploi et le pouvoir d'achat
  • Une relance par la consommation en améliorant le pouvoir d'achat, en priorité des revenus les plus modestes parmi lesquels de nombreux salariés, demandeurs d'emploi, retraités et bénéficiaires de minima sociaux.
  • Une politique de développement de logement social à la hauteur de l'urgence, un encadrement des loyers et un accès au crédit dans des conditions excluant les taux usuraires.
  • Une protection sociale (santé, retraite...) dans un cadre collectif et solidaire.
  • Des investissements ciblés, en particulier en matière d'infrastructures, d'équipements publics et de services publics, en favorisant la recherche, le développement, l'éducation et la formation. Les investissements publics et privés doivent notamment être orientés en faveur d'une économie du développement durable mettant en œuvre les principes adoptés au Grenelle de l'Environnement.
  • Toute aide accordée à une entreprise doit être ciblée et faire l'objet de contreparties.

Syndicat US : la CGT apporte son soutien !

Aux Etats-Unis, des millions de salariés ne peuvent se syndiquer ni créer l'outil syndical dont ils auraient besoin. Le syndicat AFL-CIO mène le combat pour l'adoption d'un texte sur le libre choix des salariés. A ce titre, il a reçu le soutien de la CGT. Dans un courrier au secrétaire général de la CGT, le président de l'AFL-CIO, Jophn Sweeney adresse tous ses remerciements à la CGT :

"Cher camarade Thibault,
Au nom de quelque dix millions de salariés hommes et des femmes membres de l'AFL-CIO, je tiens à te remercier pour tes mots de soutien envers nos actions visant à assurer l'adoption de la loi sur le libre choix des salariés (Employee Free Choice Act - EFCA). Depuis des décennies, des millions de salariés américains sont privés de leurs droits fondamentaux à se syndiquer et à négocier collectivement. Avec votre solidarité, nous espérons changer cette situation.
Nous apprécions tout particulièrement que vous ayez décidé de faire connaître nos actions et que cette solidarité s'exprime aussi dans les sociétés multinationale. 

Avec nos remerciements et notre gratitude pour votre solidarité internationale,
Cordialement".

20 737 de plus sans vous !


Depuis le début de l'année 2009, 20 737 salariés, retraités, chômeurs ont rejoint la CGT. Ce sont donc 6 426 achésions nouvelles de plus qu'à la même date en 2008. Ces derniers jours, à la faveur de la mobilisation du 1er Mai, 646 salariés ont pris la décision de se syndiquer à la CGT. Conscients qu'ils ne peuvent plus rester isolés, ces salariés confirment ainsi le besoin de se rassembler, de faire front, de se mobiliser pour peser plus fort et se faire entendre du gouvernement et du patronat, sur l'emploi, les salaires, les conditions de travail.
Vous êtes 22 % de moins de 30 ans parmi ces 20 737 à avoir décidé de rejoindre la CGT depuis le 1er janvier. La CGT a besoin de vous et vous avez besoin de la CGT. Cette progression de la jeunesse est intéressante et devrait nourrir les débats du prochain congrès de la CGT. Car nous avons besoin de faire bouger notre organisation, pour être plus encore le syndicat des moins de 30 ans qui ne représentent que 11 % des adhérents.

La recette à Mittal


  • la diminution du personnel et des départs volontaires (effets escomptés en T4 2009)
  • la suppression de la sous-traitance et la réaffectation dans ArcelorMittal des tâches sous-traitées
  • la diminution de la maintenance et des frais généraux
  • l'arrêt des heures supplémentaires
  • la mise au chômage partiel du personnel
  • la politique du choix des prix plutôt que le volume
  • la fermeture temporaire d'installations
  • l'émission d'obligations (à hauteur de 6,25 milliards de dollars).

Encadrement : critiques et alternatives

La CGT a lancé une consultation nationale sur le travail des cadres dont voici quelques enseignements :
Question : de façon générale, pensez-vous que le niveau de stress dans les entreprises a plutôt augmenté ou plutôt diminué ces dernières années ?

- Plutôt augmenté : 94 %
- Plutôt diminué     :   2 %
- Ni augmenté, ni diminué  :   2 %
- Ne se prononcent pas :   2 %



Diriez-vous que la frontière entre vie professionnelle et vie privée
est facile à maintenir ?

- Ont répondu non   : 56 %
- On répondu oui      : 38 %
- Sans réponse   :   5 %



Quelles mesures permettraient selon vous
une meilleure reconnaissance professionnelle ?

- Revalorisation des salaires et des parcours : 72 %
- Prise en compte de mes opinions et association aux décisions : 54 %
- Revalorisation de l'expertise et de la technicité : 47 %
- Une autre conception de la hiérarchie          : 32 %
- Evaluation avec possibilité de recours          :  27 %
- Plus d'autonomie   :  23 %


Question : à titre personnel, si on vous laissait le choix,
laquelle des deux options  suivantes choisiriez-vous ?

- Conserver les jours de RTT auxquels vous avez droit  : 69 %
- Prendre moins de jours de RTT et vous les faire rémunérer :  25 %
- Ne se prononcent pas :    6 %



Question : et pour vous, la part fixe du salaire des cadres doit-elle 
augmenter ou diminuer aux dépens ou au profit de la part variable ?

- La part fixe doit augmenter aux dépens de la part variable  :  78 %
- La part fixe doit diminuer au profit de la part variable       :   16 %
- Ne se prononcent pas    :     6 %



Quelle(s) mesure(s) prioritaires(s)
rendraient votre travail plus épanouissant ?

- S'extraire du court terme   :   47 %
- Disposer de davantage de moyens       :   46 %
- Disposer d'une transparence sur la stratégie           :   45 %
- Etre associé(e) à la définition de la stratégie           :   43 %
- Disposer d'un droit de propositions alternatives         :   38 %
- Garantir l'éthique professionnelle         :   27 %


Quelles sont les mes mesures prioritaires
à prendre pour améliorer votre vie au travail ?

- Une organisation qui favorise le travail d'équipe   : 49 %
- Création d'emplois pour une charge de travail moins lourde         : 46 %
- Une organisation qui favorise le respect des horaires de travail    : 34 %
- Autres mesures (ergonomie, locaux, etc.)           : 33 %
- Pouvoir négocier mes objectifs         : 27 % 

jeudi 4 juin 2009

Une issue pour les 74 ?

La multiplication des initiatives prises par la CGT au cours de ces dernières semaines, pour la recherche d'une solution de reclassement pour les 74 aciéristes toujours sur le carreau, semble avoir porté ses fruits. La CGT a rencontré la Direction générale du site de Gandrange au cours de laquelle elle a annoncé qu'une solution pour chaque aciériste encore non reclassé à ce jour a été trouvée. Un accord a été conclu entre les directions d'ArcelorMittal France, Florange et Luxembourg. C'est la Direction centrale d'ArcelorMittal France qui a imposé à chaque site d'accueillir le personnel de Gandrange à raison de 50 % des effectifs à Florange et 50 % au Luxembourg.
S'agissant du transport ferroviaire du train à billettes, 11 salariés rejoindront le site de Florange.

Action en direction des sous-traitants

Une rencontre a été organisée par le député-Maire de Fameck avec les entreprises sous-traitantes de Gandrange et Florange et les organisations syndicales. Un représentant du Conseil Régional de Lorraine et de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Moselle participaient également à cette réunion pour évoquer la situation des sous-traitants frappés par la restructuration de Gandrange.
Les entreprises AB-SERV, SECOMETAL, ACMM, TIMECA, SODELOR, HMS, ATECOMEL étaient représentées. Toutes ont fait état de leurs difficultés et des licenciements auxquels ils ont été contraints suite à la fermeture de l'aciérie et du TAB.
Ils ont affiché un grand pessimiste devant les arrêts d'installations prolongés à Florange. Ces entreprises ne voient plus d'avenir pour eux dans la sidérurgie lorraine. Elles cherchent à se diversifier vers d'autres activités. La CGT a rappelé les engagements pris par le groupe ArcelorMittal vis-à-vis d'eux. Elle a ensuite indiqué les différentes actions mises en œuvre dans plusieurs sites du groupe visant à reprendre les activités de sous-traitance.

Chômage à Gandrange : ça continue !

Le chômage partiel va se poursuivre le troisième trimestre 2009 à raison de 14 jours pour le mois de juillet de le mois de septembre. Un jour de chômage sera accolé aux 3 semaines de congés au mois d'août. Seuls les cadres, les apprentis, les CDD et le personnel en temps partiel de fin de carrière ne sont pas concernés par ces mesures.
Le niveau de production du LCB, de l'ordre de 7 500 tonnes prévu pour le mois de juillet et septembre est de 4 000 tonnes pour le mois d'août et ainsi que la production du TAB, de l'ordre de 8 500 tonnes et 5 000 tonnes pour les mêmes périodes n'autorisent pas à être très optimistes. A cela s'ajoutent les dernières déclarations de Mittal particulièrement inquiétantes qui dit ne favoriser que les sites les mieux chargés et les plus rentables.
Le LCB subit ainsi le contrecoup de cette conjoncture. Une nouvelle organisation du travail en 3 équipes sera mise en place. Des négociations s'ouvriront avec les syndicats dès ce mois-ci. Le seul coin de ciel bleu est l'annonce de nouveaux investissements au LCB pour répondre aux marchés de produits de diamètre 82 à 100 mm.

Multiserv : ça bouge

Le mouvement de grève qui a démarré la semaine dernière chez l'entreprise sous-traitante Multiserv et soutenu par le syndicat CGT d'ArcelorMittal a fait bougé les choses. Il a trouvé un prolongement à l'occasion de la réunion du CE de Gandrange le 28 mai où, à l'invitation de la CGT, les travailleurs de Multiserv ont investi la salle de réunion. Ils ont demandé à la Direction de Gandrange d'intervenir, en qualité de donneur d'ordres, d'ouvrir des négociations sur l'octroi de véritables garanties sociales. 64 salariés sont menacés de licenciement.
Cette intervention a permis d'organiser une rencontre l'après-midi même entre la Direction de Multiserv et les syndicats.
Une solution est en train de se dessiner...

Métallurgie : L'UIMM aggrave la flexibilité des salariés

Pour la CGT, l'accord présenté le 7 mai 2009 par l'UIMM, le patronat de la Métallurgie en l'état, n'est pas favorable aux salariés et ne répond pas à leurs attentes immédiates. L'UIMM est responsable de cette situation parce qu'il
  1. Refuse de rendre obligatoire l'indemnisation des salariés, à hauteur d'au moins 75 % du salaire brut, en cas de chômage partiel. L'UIMM confirme donc l'indemnisation du chômage partiel à 60 %, soit une baisse du salaire net de 20 %. Parce que les salariés n'ont pas à payer la crise, la CGT demande le paiement à 100 % du salaire net,
  2. aggrave la mobilité des salariés en forçant et en généralisant le prêt de personnel d'une entreprise à l'autre, sans réelle garantie, ni volontariat des salariés ou négociations dans les entreprises concernées,
  3. détourne le budget de formation professionnelle des entreprises et remet en cause l'allocation à la formation professionnelle dans le cadre du DIF,
  4. demande de modifier le Code du travail au détriment des salariés,
  5. transfère la responsabilité des entreprises sur la collectivité, en demandant la baisse de la taxe d'apprentissage,
  6. tourne le dos au développement de l'emploi, des salaires, des qualification et des capacités industrielles.
Tout au long des 2 mois de négociations, l'UIMM a cherché à dépénaliser le droit du travail en tentant de détricoter le Code du travail, les lois, la réglementation sociale, à rendre légal ce qui ne l'est pas aujourd'hui, à capter des fonds financiers publics et tout cela en tentant d'associer les organisations syndicales pour faire pression sur les pouvoirs publics.
L'UIMM avait pour objectif de déresponsabiliser totalement les dirigeants des grands groupes et protéger les dividendes des actionnaires.

Rapport Cotis : premières appréciations de la CGT

Le projet de rapport Cotis représente un travail statistique important. Cela ne constitue pas pour autant un "diagnostic partagé".
La CGT a formulé des critiques sur certains aspects de méthode, notamment sur les comparaisons internationales et conteste certains présupposés idéologiques sous-jacents notamment en matière de SMIC, de salaires, d'emploi et de protection sociale. Cependant le projet de rapport comporte des aspects explicatifs intéressants concernant les données sur longues périodes. Il est regrettable que ces éléments soient malheureusement quelque peu escamotés dans une synthèse aux conclusions plus discutables.

Ce rapport conforte la CGT dans son opinion : il y a des problèmes majeurs d'utilisation et de partage de la Valeur Ajoutée en France :
  • un niveau historiquement bas de la part des salaires dans la Valeur Ajoutée et un "manque à gagner" de l'ordre de 60 milliards d'euros par an en défaveur des salariés si l'on se réfère à la répartition de la valeur ajoutée dans les années 60 (voire 160 milliards si l'on prend 1983 comme référence),
  • une forte croissance des profits distribués qui n'a permis ni une relance de l'investissement productif, ni un accroissement du taux d'emploi,
  • l'explosion des plus hautes rémunérations avec pour contrepartie la précarité et une smicardisation pour une majorité de salariés.
Tout justifie les trois priorités avancées par la CGT pour répondre aux exigences portées par les salariés dans les luttes actuelles :
  • une relance de la négociation salariale avec le conditionnement des aides publiques à la conclusion d'accords dans les entreprises et les branches,
  • la nécessité d'une stratégie de lutte contre la précarisation des emplois et pour la qualification de toutes les catégories de salariés,
  • l'urgence d'une réforme fiscale supprimant le bouclier fiscal et rétablissant la progressivité de l'impôt sur le revenu.

Pôle mutualiste : la CGT formule ses exigences

La MACIF, la MAIF et la MATMUT ont récemment annoncé leur intention de créer un grand pôle mutualiste se concrétisant par la création d'une SGAM (société de groupe d'assurance mutuelle). Cette nouvelle structure permettrait une mise en commun de moyens, en mettant en place une solidarité financière entre les 3 groupes.
La CGT en prend acte.
Elle sera très exigeante sur les conditions de réalisation de ce projet.
En premier lieu, le renforcement et le développement des positions respectives des 3 mutuelles par la constitution du pôle mutualiste ne doivent pas seulement être guidées par une approche dictée par le marché et par un objectif de réduction des coûts. Le pôle mutualiste devra en effet faire la preuve de sa pertinence pour préserver le modèle de l'économie sociale dans le secteur de l'assurance, l'emploi, le statut des salariés ainsi que les réseaux des 3 entités, contribuant ainsi au renforcement de l'économie sociale et de ses valeurs.
Les structures communes qui seront créées dans le cadre de ce pôle devront permettre de constituer un ensemble capable de peser sur le marché pour construire des réponses mutualistes solidaires aux besoins et préoccupations de leurs sociétaires, et au-delà aux attentes sociales.
Enfin, pour la CGT, la construction de cet ensemble doit respecter les instances politiques de gouvernance de chaque mutuelle, aussi bien dans son processus de construction que dans la composition du futur Conseil d'administration de la SGAM. La CGT sera également extrêmement attentive au respect des prérogatives des institutions représentatives du personnel, qui devront être régulièrement informées et consultées, et également représentées au Conseil d'administration de la SGAM.
La CGT, ses organisations, ses élus dans les mutuelles parties prenantes du pôle mutualiste sera très vigilante sur le respect des engagements pris par les présidents de la MACIF, de la MAIF et de la MATMUT et veillera à ce que le pôle mutualiste soit effectivement au service des sociétaires et des salariés.

Les maternelles dans le collimateurs !

Le gouvernement a fait inscrire l'expérimentation de jardins d'éveil dans la convention d'objectifs et de gestion de la Cnaf avec un crédit de 25 millions d'euros. Une présentation des modalités de l'expérimentation a été soumise à l'avis des administrateurs de la Caisse nationale d'allocations familiales. Faute d'éléments suffisants, le dossier a été reporté à la commission d'action sociale à une date ultérieure.
Mme Morano vient d'exiger que ce dossier soit réexaminé en urgence au prochain Conseil d'administration de la Cnaf, le 5 mai prochain. Il s'agit d'un véritable coup de force et d'une instrumentalisation des fonds d'action sociale de la Sécurité sociale.
De nombreux acteurs et professionnels sont défavorables au développement de jardins d'éveil dont le but non avoué est de se substituer, à terme, aux premières années d'école maternelle. Les jardins d'éveil sont le cheval de Troie du démantèlement de l'école pré élémentaire dans notre pays. Quand d'autres pays, tels la Norvège et la Suède, organisent l'équivalent de notre école maternelle pour les enfants dès la fin de leur première année et transfèrent l'accueil des jeunes enfants sur leur ministère de l'Education, la France se prépare à faire le chemin inverse : déplacer le pilotage et le financement de cet accueil, de l'Education nationale sur les communes, la Sécurité sociale et les parents.
Ce n'est pas acceptable :
  • pour les enfants avec la mise en cause de la qualité de l'accueil par l'établissement des normes d'encadrement et des qualifications des personnels qui les prennent en charge,
  • pour les professionnels de l'Education dont le gouvernement rêve d'économiser leurs postes,
  • pour les parents qui devront payer des jardins d'éveil alors que l'école maternelle est gratuite,
  • pour les communes sur lesquelles vont peser de nouvelles charges assumées par l'Education nationale jusqu'alors.
La vérité est que notre pays manque cruellement d'équipements de qualité pour accueillir les jeunes enfants dont les parents travaillent (plus de 800 000 naissances annuelles). Seuls 10 % des enfants sont accueillis dans des structures et services pilotés et organisés avec des professionnels qualifiés. Pour les autres enfants, une partie des parents est contrainte de s'arrêter de travailler, ou se tourne vers un accueil par des assistantes maternelles en gré à gré avec l'obligation de devenir l'employeur de ces salariés(es).